Compte rendu du débat - 19/09/2003

Assemblée générale du 15 septembre 2003

L’assemblée générale du 15 septembre 2003 a réuni 60 personnes.

Au cours des débats les points suivants ont été évoqués.

Les habitants du centre ville de Marseille sont confrontés à :
- Des loyers de logements en forte augmentation, par suite de la raréfaction de l’offre locative, de l’absence de régulation des loyers des immeubles réhabilités et de l’évolution de la fiscalité
- Une disparition de l’habitat social de fait dont l’insalubrité ou la vacance sont des enjeux de spéculation.
- Une incapacité plus ou moins volontaire de la politique publique de l’habitat à mettre en œuvre des alternatives de production de logements sociaux et le Plan d’éradication de l’habitat indigne signé par la Ville et l’Etat en février 2002.

Cette situation entraîne les principales conséquences suivantes :
- L’accroissement du nombre des exclus du logement non relogeables qui se retrouvent dans la rue, dans les squats à la merci de « marchands de sommeil ».
- Le pourrissement d’une partie du patrimoine immobilier où le nombre d’incidents et de contentieux entre propriétaires et locataires se multiplient tout en alourdissant la responsabilité des pouvoirs publics.
- Une tension permanente sur les objectifs de rénovation urbaine et de mixité sociale de nature à compromettre la paix sociale et l’ordre public.

Jusqu’à présent l’association Centre Ville pour Tous a cherché à :
- Alerter les pouvoirs publics sur les risques d’une réhabilitation non maîtrisée
- À faire valoir le droit pour des locataires victimes d’expulsion de fait, de pratiques locatives anormales ou d’abus de position.
- À informer l’opinion publique sur les enjeux de la réhabilitation et sur ses droits à être informée et concertée.

Les débats ont fait nettement apparaître que les actions menées pour répondre à l’urgence ne suffisaient pas. L’assemblée s’est accordée pour anticiper une situation qui ne fait que se dégrader et dont les conséquences à terme ne peuvent que s’aggraver. Elle a considéré que le plan d’éradication de l’habitat indigne devait être pleinement mis en œuvre et que les dispositions législatives ou réglementaires sur le droit au logement devait être en tous les cas appliquer.

La poursuite et l’amplification des actions des associations ont été débattues afin de trouver les ripostes les plus appropriées face aux :
- Situations d’insalubrité et d’indécence d’immeubles dans le centre ville
- Relogements d’urgence de locataires victimes des fermetures d’hôtels ou d’immeuble sen péril ou insalubres
- Manques d’information et de formation des propriétaires et des locataires touchés par la réhabilitation du Centre Ville
- Carences dans mise en place trop lente du plan d’éradication de l’habitat indigne signé par la Ville et l’Etat.
- Dégradations de la condition des piétons dans le Centre Ville.

Pour stigmatiser ses situations et les responsabilités en cause, diverses manifestations et actions seront organisées dans les prochaines semaines.

Les propositions suivantes ont été faites :

- Le 6 rue de la Fare, dont le propriétaire est la Ville de Marseille, devait faire l’objet d’une action symbolique forte pour qu’il soit transformé en résidence sociale par exemple. Cette action pourrait être médiatisé à l’occasion du prochain Conseil Municipale (qui a lieu le 6 octobre) en invitant à un rassemblement protestataire sur place non seulement les adhérents et sympathisants de l’association et les médias mais aussi les associations du quartier, les syndicats, les associations de consommateurs...
- À l’occasion de l’ouverture en octobre d’une annexe du centre social Julien une rencontre pourrait avoir lieu en présence des étudiants du DESS pour dessiner avec le centre social les caractéristiques des permanences et des actions collectives de l’association, dont la formation, sur le quartier Noailles.
- Les immeubles vides publics ou privés du Centre Ville sont à identifier pour mener à leurs propos des actions appropriées. Une visite-découverte pourrait être organisé par exemple au mois de novembre.
- La création et la production de matériel de stigmatisation, capitalisant la parole des habitants (Affiches ou autres supports) est nécessaire. Un atelier de travail est constitué à cet effet..
- La nécessité de poursuivre les réflexions et la mise en œuvre autour du plan d’action piéton avec un premier test de découverte et de stigmatisation.
- Engager une reflexion sur la constitution d’une SCI entre les membres de l’association qui pourrait se porter acquéreur d’un hôtel insalubre aux fins de réhabilitation en logements sociaux/
- Capitaliser sous forme d’une banque d’images et de sons, les photos, documents vidéos et enregistrements réalisées sur le centre ville par des professionnels ou amateurs adhérents ou sympathisants de l’association. Cette banque serait mise en ligne sur le site de l’association.

AUTRES DECISIONS DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
- L’Assemblée Générale a adopté le Compte Produits et Charges de l’association présenté à l’assemblée Général du 16 décembre 2002 comme bilan des comptes de l’année 2002, sachant qu’entre le 16 décembre 2002 et le 31 décembre 2002, aucun mouvements ni en recettes ni en dépenses n’ont eu lieu entre ces dates
- L’Assemblée Générale confie le poste de Trésorier de l’Association à Michel Guillon, membre du bureau domicilié à Marseille 13001, 1 rue de Chateauredon, en remplacement de Lionel de Coninck. Les participants ont remercié l’ancien et le nouveau trésorier pour leurs engagements.

INFORMATIONS DIVERSES
- Diverses rencontres ont eu lieu ou sont en cours avec les présidents des groupes politiques du Conseil Municipal et de la Communauté Urbaine de Marseille. Au terme de ces consultations une synthèse sera diffusée par le bureau de l’association accompagné et donnera lieu éventuellement à une initiative..
- Rencontre avec le directeur de l’Association Départemental d’Information sur le Logement récemment installée à Marseille ( ADIL 7 rue cours Jean Bayard 13001 Tél : 04 96 11 12 00 ). Des contacts réguliers sont prévus avec notre association.
- Un RV a été pris avec le Secrétaire Général de la préfecture le 22 septembre
- Des contacts réguliers ont lieu avec les médias, dont le rôle important a été une fois encore souligné.

RAPPEL DES ACTIONS EN COURS
- Hôtel Achille : le délibéré du Tribunal d’Instance sera rendu le 18 septembre
- 35 rue des Petites Maries : recours en cours
- 5 rue des Fiacres : opération à suivre
- Demande d’appui pour une action à St Victoret
- Suivi de l’exécution du jugement du 8 rue de la Fare
- Pétition : 600 à 700 signatures ont été recueillies, d’autres sont à attendre.
- Mémoire complémentaire sur recours DUP Noailles au TA : va être déposé.
- Plan d’action sur les piétons dans le centre ville
- Demande de participation au réseau Ecoforum : Le CA est d’accord sur le principe.

Et aussi

31/03/2017
Un Centre Ville Pour Tous a besoin de vous !(Invitation aux adhérents, sympathisants et partenaires)

10/07/2017
Quelle concertation à La Plaine ?()

Lettre d'information

Vous pouvez vous abonner gratuitement ici à la liste de diffusion de Centre Ville Pour Tous.


Association "Centre ville pour tous"
Cité des Associations
BP n° 241
93, la Canebière
13001 Marseille

Contact

Mise à jour : lundi 10 juillet 2017 | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0